Devenir éducateur libéral en 5 questions

Published by lacordee on

devenir éducateur libéral en 5 questions

Vous souhaitez devenir éducateur en libéral mais vous vous posez encore des questions ? Nous vous aidons dans vos réflexions et démarches. Les informations que vous trouverez ici sont des retours d’expériences de membres du réseau. Elles répondent aux questions qui nous sont le plus souvent posées.


Pourquoi exercer en libéral ?

Nous voyons de plus en plus de professionnels développer ce type d’activité. Cependant, les travailleurs sociaux en libéral restent encore très minoritaires.

C’est un choix qui trouve souvent ses origines dans la volonté de retrouver du sens dans sa pratique. D’une volonté de retrouver aussi du pouvoir d’agir. Mais également de se soustraire aux difficiles conditions de travail que nous imposent de plus en plus souvent les institutions et associations qui nous emplois.

Il est indispensable de construire un projet professionnel pour bien identifier ses motivations, ses attentes, ses ressources, ses limites… et ainsi mener à bien cette aventure professionnelle.

L’exercice indépendant offre un cadre particulièrement intéressant pour répondre aux besoins de familles. Celles-ci ne trouvent, bien souvent, pas de solutions de droits communs et recherchent des actions individualisées.

Ce mode d’intervention s’organise autour de la seule volonté des familles. Cela présente un intérêt certain dans la relation d’aide que nous mettons en place.

Toutefois il ne faut pas négliger les limites de ce mode d’intervention complémentaire. C’est véritablement un choix de convictions, d’engagement qui doit faire sens pour relever les défis auxquels vous serez confrontés.

Qu’est ce que j’ai besoin de savoir pour mener à bien mon projet ?

Monter un projet et développer son activité prend généralement du temps, il faut prévoir des mois sans rentrée d’argent. Ainsi certains profitent d’une reconversion professionnelle dans le cadre d’une période de chômage. D’autres se lancent en réduisant leur temps de travail salarié.

Quel que soit le statut choisi, il faut savoir que les collectivités et autres institutions financées par de l’argent public. C’est le cas par exemple des écoles. Il est alors impossible de faire de la publicité pour une activité privée ou de diffuser des supports de communications… Et ce pour des questions éthiques et juridiques.

Aussi, ces statuts dits commerciaux, ne permettent pas, ou très peu, de s’inscrire dans des projets en partenariat avec les dispositifs sociaux ou médico-sociaux existants.

On ne travaille jamais seul, à moins de le vouloir, parce qu’on recrée une équipe de professionnels autour de chaque situation, tel un SESSAD, les PCPE… Toutefois il est nécessaire de se constituer un réseau personnel pour construire les accompagnements.

Les demandes les plus conséquentes aujourd’hui viennent des familles ayant des enfants porteurs de handicap et notamment des troubles de la sphère autistique. Les familles attendent des professionnels indépendants des formations bien spécifiques qui font souvent défaut aux travailleurs institutionnels.

Quel statut choisir pour devenir éducateur libéral ?

Vous avez plusieurs possibilité :

  • Se déclarer en auto-entrepreneur,
  • Se déclarer en service à la personne, en créant une société pour développer votre activité
  • Se déclarer en salarié à domicile. C’est-à-dire d’être embauché directement par des familles via une rémunération en chèques CESU.

Se déclarer en auto-entrepreneur

A moins d’avoir un projet ambitieux, construit, et d’avoir réalisé une étude de marché…nous vous conseillons vivement de débuter avec un statut d’auto-entrepreneur pour débuter en tant qu’éducateur libéral.

Le statut d’auto-entrepreneur est très simple et rapide à déclarer. Il est sans engagement et se clôture tout aussi facilement. Aussi, il permet de cumuler une autre activité salariée ou des indemnités de chômage. Vous ne déclarez que votre chiffre d’affaire. Pas de tableau comptable à faire, et payez des cotisations que sur les sommes déclarées.

Dans ce cas, votre responsabilité civile couvrira votre activité professionnelle. Malgré tout nous vous vous conseillons de vous rapprocher de votre assurance pour obtenir une confirmation de leur part.
Plus d’info sur le statut d’auto-entrepreneur

Se déclarer en service à la personne

Vous pouvez parallèlement vous déclarer (tout aussi facilement) en service à la personne. Cela donne droit aux familles à un remboursement pouvant aller jusqu’à 50% des sommes versées sous forme de crédits d’impôts; même si on n’est pas imposable.
Plus d’infos sur le service à la personne

Se déclarer en salarié à domicile

Vous pouvez aussi vous faire embaucher par une famille. Il n’y a rien à déclarer, les familles vous déclarent elles-mêmes. Vous êtes alors salarié à domicile. Ce statut à l’avantage d’être automatiquement reconnu comme service. Il permet à la personne et aux familles de bénéficier d’exonérations fiscales. Toutefois être salarié d’une famille n’est pas neutre. Aussi vous ne pourrez facturer aucune autre prestation si vous ne disposez pas de numéro SIRET. L’idéal est alors de cumuler ce statut à celui d’auto-entrepreneur.
Plus d’info sur le CESU

Quelles sont les différentes étapes pour devenir éducateur libéral

  1. Vous vous connectez au site www.autoentrepreneur.fr pour vous créer un compte et déclarer une activité.
  2. Vous remplissez le formulaire (comptez 20 minutes) et choisissez un code APE correspondant aux activités exercées dans le cadre de votre métier. Une quinzaine d’APE peuvent correspondre à nos fonctions parmi tous les intitulés proposés. Choisissez un terme suffisamment général pour couvrir tout un champ d’actions.
  3. Si vous êtes à la recherche d’un emploi au moment de votre déclaration d’activité, vous pouvez demander à bénéficier de l’accre auprès de l’URSSAF pour obtenir des allègements de charges sociales pendant 12 mois.
  4. Vous recevrez votre numéro SIRET dans les quinze jours.

Rémunération, coût et financement, quels sont les chiffres ?

Les allocations MDPH peuvent servir à financer vos interventions mais nous vous conseillons de toujours vous rapprocher de la MDPH de secteur pour obtenir validation et connaitre les conditions.

Les rémunérations demandées sont comprises généralement entre 35€ et 50€.

En CESU, le taux horaire étant net, les prix se situe généralement entre 20 et 30€.

Pour définir votre taux horaire il convient de prendre en compte :

  • La fréquence et la durée de l’accompagnement
  • Les moyens que vous devrez mettre en œuvre
  • Les frais et temps de déplacement
  • Les taxes imputables au chiffre d’affaire (25% pour un auto-entrepreneur non bénéficiaire de l’accre)
  • Le temps de préparation, de restitution et de lien avec les partenaires.

Vous voilà munis de premières réponses. Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions et vous conseillons de poursuivre vos recherches auprès des différentes administrations compétentes, ou d’aller faire un tour sur le site de l’URSSAF.


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *