Handicap et sexualité

Publié par lacordee le

Handicap et sexualité

Handicap et sexualité : comment aborder la question de la sexualité avec un enfant porteur de handicap? On essaie de vous répondre et de vous apporter des solutions.

Handicap et sexualité

Comment et quand aborder ce qui concerne la vie intime, affective et sexuelle de mon enfant ? Cette question est dans l’esprit de tous les parents. Elle est d’autant plus délicate lorsque notre enfant est porteur de handicap. La gêne et la peur sont parfois les seules réactions que nous avons spontanément.

La sexualité, sujet sensible !

On peut se rassurer en se disant qu’ils n’en sont pas encore là, se protéger en se disant qu’il vaut mieux ne pas leur en parler car cela leur donnerait des idées ou même se demander s’ils ont le droit ou la possibilité d’avoir une vie sexuelle. Ce qui est sûr, c’est que le sujet questionne. Que nous n’avons pas beaucoup de réponses et qu’en tant que parents ou professionnels, nous sommes démunis lorsque les questions ou les actes de nos enfants viennent directement nous interpeller sur le champ de la sexualité ! Les idées reçues, les stéréotypes et les clichés en tous genres vont bon train en matière de vie intime.

Intimité et consentement, des notions clés

Tout d’abord rassurez-vous. Certains professionnels, eux, sont formés pour intervenir auprès de ces enfants ou jeunes adultes « différents » et les accompagner à comprendre les changements qui ont lieux dans la tête et le corps au moment de l’adolescence et après, handicap ou non !

Dans nos interventions éducatives, les questions de vie intime, affective et sexuelle sont régulièrement abordées de façon implicite. Très tôt nous évoquons avec l’enfant la notion de pudeur, de respect de l’intimité. Les liens affectifs sont régulièrement des sujets de discussion. Les évènements familiaux (mariage, naissances, divorce, etc.) favorisent le questionnement de l’enfant ou du jeune adulte et permettent de faire avancer leur réflexion. Les notions clés à travailler, dès le plus jeune âge sont l’intimité et le consentement. Cela permet de leur faire comprendre que ce qui leur appartient ne peut être dévoilé à n’importe qui (très compliqué en institution). Mais aussi qu’ils ont le droit d’avoir leur propre avis, de vouloir ou non quelque chose (la proximité physique, faire la bise, avoir un(e) amoureux(se), être en couple, s’embrasser, se tenir la main, avoir des rapports sexuels, etc.).

Education à la sexualité

En institution, il n’est pas rare qu’on propose aux jeunes des temps de travail et de réflexion autour de la sexualité. En effet, la loi nous invite, dans le cadre scolaire, à travailler l’éducation à la sexualité au cours de trois séances annuelles. Les interventions peuvent prendre diverses formes : débat en classe, groupes d’expression, colloques, expositions, travail de recherches et d’exposés, etc. Dans les institutions spécialisées dans le handicap (IME, IMPro, ESAT, foyers) des temps y sont également consacrés. Cela demande une formation préalable des professionnels qui doivent adapter l’intervention au handicap pour la rendre pertinente. Souvent il est proposé des groupes d’expression. Cela permet, par petits groupes, d’évoquer la sexualité au rythme de chacun, avec des supports pédagogiques adaptés et de leur laisser l’occasion de s’exprimer.

Parlez à vos enfants

Vous ne protégez pas votre enfant, mineur ou majeur, en ne lui en parlant pas.

« Si les personnes sont handicapées, leurs hormones ne le sont pas »

Sandra Saint-Aimé

Votre enfant a donc les mêmes questionnements, les mêmes évolutions corporelles et hormonales que les autres. Il évolue dans la même société (réseaux sociaux, médias, smartphones) et peut donc être confronté à toutes sortes de problèmes associés : hypersexualisation, harcèlement, voyeurisme, violences sexuelles, etc. L’ignorance ne protège personne.

Thèmes et objectifs des interventions

Voici une liste non exhaustive des thématiques que l’on peut aborder en éducation affective et sexuelle :

La connaissance du corps de l’homme, du corps de la femme, la puberté, les lieux privés/publiques adaptés ou non à l’intimité (ESAT/Foyer de vie/Domicile parental/Appartement, etc.), le temps de travail et l’intimité : les règles propres à l’ESAT ou au lieu de scolarisation (limites/ législation/ morale), la vie amicale et amoureuse, Internet et ses dangers (la pornographie, les réseaux sociaux : réalité/ fiction), les IST (Infections Sexuellement Transmissibles), les abus/ la violence des personnes vulnérables, la parentalité, la contraception, le consentement, la drague, la séduction, les émotions, les sentiments amoureux, l’homosexualité, la masturbation, la prostitution, la santé et les soins, etc.

Les objectifs de ces interventions sont :

  • Favoriser la prise de parole
  • Promouvoir l’éducation à la vie intime, affective et sexuelle
  • Apporter des informations et explications claires et adaptées
  • Assurer la prévention en santé sexuelle (notamment les Maladies Sexuellement Transmissibles)

Si vous n’êtes pas à l’aise avec le sujet, n’hésitez pas à en parler avec des professionnels qui vous épauleront. Des professionnels de la Cordée éducative sont formés sur le sujet, ils peuvent dispenser des formations aux professionnels du milieu médico-social, les aider à mettre en place une éducation à la sexualité. Ils peuvent également accompagner les familles individuellement. N’hésitez pas à prendre contact avec l’association pour vous informer !

Adriana Chartier – achartier.educatrice@gmail.com


0 Commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *